Infinite Voyages Asia

Infinite Voyages Asia

Ambiances d'Asie du Sud-est

Pour tous les pays que nous visitons, nous « accrochons »…ou pas. C’est bien sûr une question hautement subjective mais elle mérite qu’on se la pose et qu’on s’y arrête quelques minutes. 

Il y a quelques jours, un ami à qui je confiais mon désir d’être un jour capable de vivre ma retraite sous le soleil de Thaïlande me demanda ce qui m’attirait tant dans ce pays. Alors je me suis dit qu’il serait intéressant de parler à la fois de « l’ambiance » de ces pays que j’aime, mais aussi de toutes ces petites choses qui font la spécificité d’un pays.

 

L’Asie du Sud-est en général pour moi, ce sont tout d’abord un ensemble de sensations : la moiteur de l’air, l’humidité. C’est ce ressenti lorsque vous sortez de l’aéroport climatisé : il fait chaud et humide. Les odeurs sont tout de suite différentes. Tout à l’opposé d’un temps frais et sec qui vous enveloppe lorsque vous mettez les pieds hors de Roissy par exemple.

De la verdure et la propreté de Singapour en passant par les paysages de Malaisie, la terre rouge de Thaïlande qui contraste avec la verdure omniprésente, il y a mille sensations qui nous font tomber amoureux de ces pays.

 

1/ Singapour

 

La chaleur vous « cueille » dès votre sortie d’aéroport après l’air glacé de la climatisation. C’est votre première sensation forte. Ensuite lorsque l’on se rend en centre-ville, c’est l’impression de propreté et la verdure omniprésente dans une île pourtant minuscule et développée à outrance. A Singapour, impossible de s’étendre en surface alors les gratte-ciels poussent comme des champignons.

 

Ce qui peut agacer :

 

Singapour c’est le temple absolu de la consommation. Les « shopping centers »sont collés les uns aux autres, c’est la démesure des centres commerciaux, la surenchère des marques et de la publicité. Orchard Road, l’artère la plus célèbre de la ville n’est plus qu’une suite de magasins sans âmes. Le magasin « truc » ? Cinquième étage, couloir B, emplacement 136…on en est fatigué d’avance.

 

Le monde, la foule, partout. Bien que disciplinée, je vous l’accorde,  une telle densité démographique c’est forcément l’assurance de métros bondés, de rues noires de monde. Pas très zen pour le coup l’ambiance asiatique et ceci sans parler du trafic routier, intenable !

 

Le sens de l’hospitalité à la chinoise. Il faut être honnête, pas toujours leur point fort (mais en tant que française, je me sens mal placée pour donner des leçons). Le gouvernement singapourien a lancé à de multiples reprises des campagnes de sensibilisation au sourire, ça ne s’invente pas.

 

L’état-policier : Singapour ce sont des panneaux d’interdiction et des menaces à tous les coins de rue. Le chewing-gum y est interdit, pas question de jeter un papier par terre ou même un mégot de cigarette. Les citoyens bien éduqués fument dehors à côté d’un cendrier qu’un employé zélé viendra nettoyer très régulièrement après avoir ramassé les quelques feuilles tombées d’un arbre avoisinant : il n’y a rien d’autre à ramasser.

 


 

Singapour c’est passer sans arrêt de la climatisation à outrance des centres commerciaux et autres magasins à la moiteur étouffante de la rue. Bien des touristes s’enrhument dès les premiers jours !

 

Ce que l’on aime : 

 

C’est la ville, d’accord, mais il y reste le charme de l’Asie et le dépaysement est tout de même là. Question sécurité, rien à redire. A Singapour on se promène tranquillement et sans arrière-pensée, la ville est sûre.

 

La nourriture y est excellente et l’on peut se restaurer – très bien – à tous les prix.

 

La verdure malgré le développement, le magnifique jardin botanique en plein centre ville en est la preuve, a su être préservée.

 


Singapour

 

Singapour c’est aussi un accès facile et à bas prix à tous les pays d’Asie du Sud-est.

 

 

2/Malaisie

 

On change d’ambiance. La Malaisie est vaste et représentée à la fois par la péninsule (dont Singapour faisait partie) et le nord de Bornéo (Sabah et Sarawak).

Deux choses importantes à souligner Ici, l’Islam est la religion d’état et suivant les provinces cela se ressent plus ou moins en fonction de la population.

 

L’ambiance de Penang largement dominée par une communauté chinoise par exemple sera très différente de celle rencontrée à Kota Baharu.  Le mélange des populations : malais de souche, chinois, indiens apporte une grande richesse au pays et lui apporte un charme supplémentaire incontestable.

 

Ce qui peut agacer :

 

Il y a encore quelques années, traverser la frontière de Singapour vers la Malaisie était l’équivalent d’un changement de monde. Là, pas d’interdictions à gogo, des rues bien moins propres, un certain mode de vie où l’on se moquait volontiers de son voisin du sud. Kuala Lumpur était une capitale bruyante, un peu « pagaille ». Mais les choses ont changé. Le développement s’est accéléré, les gratte-ciels ont poussé comme des champignons, la ville s’est modernisé avec son métro aérien et ses quartiers orientés haute-technologie ainsi que les fameuses tours Petronas qui furent à un moment les plus hautes du monde. Il faut être franc, la ville a perdu de son charme et sûrement un peu de son âme. La capitale est bruyante et fatigante.

 

Kuala Lumpur

 

Comme à Singapour, l’accueil n’est pas forcément le point fort des malais si vous ne descendez pas dans des hôtels de luxe qui en font une de leurs règles d’or.  

 

Ce que l’on aime :

 

La diversité ! Sur le vaste territoire qu’est la Malaisie, les villes ne se ressemblent pas, les paysages vont des plages de rêves, aux montagnes fraîches des Cameron Highlands avec ses plantations de thé. Du centre ville  au charme désuet de Penang aux plages de Langkawi en passant par les trekkings dans la jungle millénaire, il y en a pour tous les goûts. Ici, l’anglais n’est plus roi et le malais (une des langues les plus faciles au monde à apprendre) conserve ses droits et apporte une touche de dépaysement supplémentaire.

 

Tioman

 

Chaque région a ses spécificités, trois ethnies majeures se côtoient, chacune avec ses fêtes, sa culture, sa langue, sa religion. Les mosquées sont voisines avec les temples hindous ou chinois et il suffit de changer de quartiers pour changer d’atmosphère.  

 

3/ Thaïlande

 

Le plus exotique des trois c’est une certitude sûrement parce que ce pays-là n’a jamais été colonisé. Avec un roi et une religion omniprésente, une histoire extrêmement riche et un territoire qui possède des lieux tout à fait fascinants.

 

Ce qui peut agacer :

 

Bangkok que l’on adore ou que l’on déteste avec ses embouteillages monstres.

Le développement à outrance des stations balnéaires qui perdent leur charme. Le côté bétonné de Pattaya de plutôt triste réputation.

 


Pattaya

 

Le terrible fléau du tourisme sexuel, tous ces occidentaux (de tous âges) que l’on croise partout avec de jeunes Thaïes qui les accompagneront le temps d’un séjour ou plus s’ils décident de s’installer dans le pays.

 

Des problèmes politiques à répétition qui agitent le pays. Les nombreux problèmes dans le sud du royaume avec les musulmans séparatistes qui en font une région à éviter absolument à cause de nombreux attentats.

 

Ce que l’on aime :

 

L’ambiance du « laisser vivre », en Thaïlande si l’on prend la peine de connaître les quelques règles concernant notamment le respect du Roi et les us et coutumes, c’est globalement un pays très tolérant et très ouvert (ce qui pousse malheureusement quelques touristes à dépasser les bornes, se croyant TOUT permis).

 

La beauté et la diversité des paysages bien entendu, entre les régions du nord, les plages paradisiaques, les petits villages ou les parcs nationaux.

 

Une très grande richesse culturelle.

 

Une culture tournée vers le bien-être :  de la philosophie bouddhiste et la méditation pour l'esprit, aux massages et soins du corps, c'est un endroit pour s'occuper de soi et se remettre en forme.

 


 

Le sens de l’accueil et la gentillesse de la population (même si, soyons francs,  tous ne voient d’un bon œil le déferlement des « farangs » qui s’installent chez eux avec leurs Dollars ou leurs Euros).

 

La sensation de liberté qui contraste fortement avec le côté policé de Singapour.

 

Le vrai dépaysement dans un pays qui n’a pas subi d’influence majeure d’autres civilisations et dont la population hors pôles touristiques importants ne parle quasiment pas anglais, écoute sa propre musique et regarde ses propre films…

 

 



25/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres